Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 19:08
Production d'écrits. Sensibilisation à la citoyenneté et au dévelloppement durable. Utilisation du conditionnel.

Trois raisons pour faire plancher mes mômes sur ce sujet de rédaction :
"Que se passerait-il si il n'y avait plus d'eau sur Terre ?"

Et une quatrième raison : publier un post sympatique sur mon blog.

Morceaux choisis (et adaptés).

1. Si il n'y avait plus d'eau, on serait obligé de boire du coca, de se doucher avec du Fanta , d'apprendre à nager dans du Sprite...et de tirer la chasse avec de l'Orangina... 
Malvin : un élève gourmand....un tantinet gazeux.

2.  En fait, ça n'arrivera pas. Ce matin sur Europe1 et la question environnement, Brigitte Béjean elle a dit que des chercheurs allemands savaient comment fabriquer de la pluie artificielle.
Judith : Une élève informée...un tantinet arrogante.

3.  Je ne sais pas vraiment ce que ça ferait si il n'y avait plus d'eau... .... Mais, ce dont je suis sûr, c'est que ce n'est pas mon père que ça dérangerait...vu qu'il en boit jamais.
Olive : Une élève mal entourée...un tantinet en danger.

4. ON VA TOUS MOURIIIIIIIR !!!!
Isham : Un élève alarmiste....un tantinet réaliste.

5. En biologie, on a appris que le corps humlain est constitué de 70% d'eau. Quand il n'y aura plus d'eau, on pourra toujours essorer les gros. On mettra des grosses personnes sur une machine qui les entortillera et l'eau sera récupérée dans des bassines.
Lucien : un élève scientifique...un tantinet sadique.

6. Si il n'y avait plus d'eau sur Terre...on irais tous vivre en Bretagne.
Anne-Laure : Une élève en colère....un tantinet déçue par ses vacances à Lampaul-Ploudalmézeau.


Partager cet article

Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 13:10
Madame Montessori, c'est la maîtresse des CE2... Ca, c'est ma collègue. La vraie Madame Montessori, c'est une pédagogue du début du siècle dernier qui a innové avec sa méthode particulière.

Tous les profs la connaissent et la plupart la connaissent mal. Moi inclus. C'est pourquoi, ne vous fiez pas à la définition qui va suivre pour vous faire une opinion. Allez plutôt sur Wikipédia.

La méthode Montessori : C'est genre la méthode du grand sage dans le film Kickboxing... Vous savez : "Celui qui n'apprends que par les autres, ne retient rien" (avec l'accent asiatique ça sonne mieux...). Dans mon esprit, cette méthode est parsemée de dictons orientaux plus tordus les uns que les autres. Et tellement incompréhensibles que chacun peux les interpréter à sa manière.

Mme Montessori, ma collègue, elle, prône que l'éducation et l'instruction sont affaires de temps . Un enfant n'apprendra que quand il aura envie d'apprendre.

Au début du mois, visitant les lieux, jaugeant les collègues.... je me promène dans l'école.  J'arrive dans la classe de Mme Montessori.  Tout le mobilier est dehors dans le couloir.

Moi :C'est le grand ménage ?
Mme Montessori :  Le ménage n'est pas affaire de grandeur. Il est ou il n'est pas.
Moi (que se premier contact surprend un peu) : ....
Mme Montessori : ....
Moi : Enfin, je veux dire... vous nettoyez un peu avant l'arrivée des enfants.
Mme Montessori : Non...les enfants arriveront dans une classe vide. Ils aménageront eux-mêmes leur espace.
Moi : Cool ! C'est pas mal ça. Comme ça ils ne peuvent pas brailler comme quoi c'est dégueulasse qu'il soit à côté d'untel et pas de machin...
Mme Montessori : Brailler, crier, parler, chuchoter... tout est affaire de communication, pourquoi tous ces mots pour la même chose ? Les enfants s'expriment comme ils veulent.
Moi (regardant ma montre en prétextant une excuse bidon pour échapper à ce cauchemard) : Oula... déjà... Je vais rater la quotidienne de Secret Story... Je vous laisse.

Deux jours après la rentrée, me revoilà devant sa classe. La curiosité est un vilain défaut. Mais j'avais hâte de voir à quoi ressemblait une classe aménagée par des mômes de 7 ans.

Moi
: Oooh interressant cet agencement.... Vraiment vraiment original... C'est la première fois que je vois ça...
Mme Montessori (tout sourire et toute fière) : Impressionné, hein !
Moi : Oui, carrément impressionné.
Mme Montessori : Pourtant il ne faut jamais rester sur une simple impression. Entrez.

J'escalade la table placée devant la porte.

Moi : Pas très pratique tout de même.
Mme Montessori : Cet enfant est encore très attaché à son chez-lui...c'est pourquoi il se met le plus près possible de la sortie. Au fil de l'année il intégrera le milieu de la classe.... Quand il le jugera utile.
Moi : ..... ..... Et la table, là ? Il le voit comment le tableau ?
Mme Montessori (ricanant) :   Je vois que vous étes très terre à terre. Cet enfant tourne le dos aux apprentissages pour le moment. Ce n'est pas grave.
Moi :... Mais dîtes moi.... vous n'avez pas beaucoup d'élèves ? Que...9, 10.... ONZE ?
Mme Montessori : Non, ils sont 26.
Moi : Où sont leurs tables ?
Mme Montessori :  Dans le couloir. Ils attendent le déclic pour rester assis en classe. Cela viendra bien assez tôt.
Moi : Et votre bureau...c'est eux qui l'ont retourné.
Mme Montessori :  Je les ai aidés. Mais c'était leur souhait. Je pense qu'ils symbolisaient là, l'envie d'une maîtresse différente.... d'un prof à l'envers.
Moi : Ah...! Ca, je comprends.

Hier, dans la salle des profs. Mme Montessori ne mange pas là. Sûrement que "La nourriture ne se fait qu'en terrain conquis"...un truc dans le genre. C'est donc l'occasion pour mes collègues de m'initier au sport favori du midi-deux : Balancer sur la pauvre maîtresse des CE2.

Un collègue
: Vous entendiez le bordel dans le couloir hier. Je crois qu'elle faisait chorale.
Un autre collègue : Tu rigoles, ça a duré toute la matinée... A moins qu'elle leur apprenait le double album live d'AC/DC.
Une collègue : Au fait, je l'ai pas vue ce matin à la récré....
Un collègue : Ben oui, elle est restée en classe.
Une autre collègue : Comme quoi, ça marche sa méthode... Va garder tes mômes en classe pendant la récré !
Une collègue : Non, elle était toute seule en classe. Ses élèves ont refusé qu'elle sorte. Elle a dit que c'était un passage obligée de sa pédagogie. Ils s'éloignent de l'enseignant pour bientôt voler de leur propres ailes.

Une collègue : Et toi Walter....t'as bien un truc à dire sur Mme Montessori.
Moi : ... euh non...pas spécialement.
Un collègue : Allez... qu'est-ce-que t'en penses ?
Moi (hésitant) : C'est pas mon genre...!

Eclat de rire général.

J'ai alors  compris comment ils avaient interprété ma dernière réplique : "Ce n'est pas mon genre de femme !"
Je me suis donc  joint à la rigolade pour ne pas passer pour le bêbête de l'école et devenir la cible de leurs colibets faciles pendant leur temps libre.....

Cependant, vous qui me "connaissez"....vous savez ce que je voulais dire : "Ce n'est pas mon genre de critiquer ! "

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 16:49
Voici un titre qui permettra d' améliorer considérablement le référencement de mon blog.

Comme je suis honnète, me voilà donc obligé de pondre une anecdote sur ce fameux virus...ou plutôt sur ses ravages (avant l'heure) à l'école.

Au fond de la classe, les mômes ont accès à la presse lorsqu'ils ont du temps libre.  Le Nouvel'Obs et l'Express pour les généralistes. Elle et Marie-Claire pour les filles. L'équipe et Onze Mondial pour les mecs. Le monde de l'éducation pour le maître. Lire et Psychologie Magazine pour Judith.... et bien-sûr la vedette de la classe : Mon Quotidien pour les 9-10 ans.

Pour être honnête... depuis la rentrée ils n'ont pas eu beaucoup de temps libre. Vu que la première semaine de classe est préparée avec ferveur pendant la dernière semaine d'aôut, le planning est serré. Ca risque de vite se décanter d'ici peu...surtout si la météo clémente m'attire loin de mes prepas.

Ce matin, Isham et sa tête gomminée à l'excés, ont dû pouvoir se glisser (la gomina ayant fait office de vaseline) dans une brêche temporelle. Il en a ramené un "Mon Quotidien" sur sa table qu'il feuilletait bribe par bribe... et pour être plus précis image par image.

Au retour de la récré, je retrouve mes gamins en pleine discussion m'attendant dans la cour. Le remue ménage ne me permet pas de comprendre le propos. Seule une phrase claire s'échappe de ce brouhaha.

Un élève : ON VA TOUS MOURIR !!!

Après avoir obtenu le calme au risque de me déchirer l'arcade sourcilière tant le fronçage était violent, je donne la parole à Isham qui me paraissait au centre du débat.

Isham : Dans "Mon Quotidien", ils disent qu'on va tous mourir.
Moi (méga étonné) : Ben bien-sûr.
Les mômes atterrés : .... HEEE IIIINNNN  ?
Moi : Ben oui. Quand même... en Cm2...  vous devez savoir qu''on meurt tous un jour ou l'autre.
Isham : Ouiiiii ! Mais là, on va mourir de la grippe Machin Et Nain.
Moi (soulagé) : Aaaaaah bon.
Greg : Ca fait mal MAchin Et Nain ?
Moi (réagissant enfin) : Quoi ??? Ils disent ça dans votre journal. Montre moi.

Il faut savoir que même pour des CM2, certains textes sont difficiles  à comprendre. Ils se mettent en mode j'essaie-de-piger-des-bouts-pis-après-je réfléchis-à-l'ensemble.  Il était bien écrit "On va tous mourir" dans le fameux journal...mais dans le contexte ils expliquaient qu'il ne fallait pas céder à la panique et clamer ce genre de phrase.

Je les rassure, genre : " Mais non, y'en a que 2 ou 3 qui vont mourir par classe. Et moi je connais personnellement le virus...alors si je peux lui glisser un nom, comme ça... je me génerai pas".

Entre midi et deux, nous voilà réunis entre collègues pour nous régénérer. Repas, anecdotes et vannes sur les parents. Je ne connais pas encore bien l'équipe et je jauge avant de balancer mes vannes. Pourtant, aujourd'hui je récite mon anecdote gentillette qui fait sourire la plupart des personnes réunies, genre "Ô c'est mignooon !"

C'est grâce à cet épisode que j'ai trouvé la première victime de mon blog parmi mes collègues : J'ai nommé : Mme MONTESSORI ! Plus de précisions sur le cas, demain.





Partager cet article

Repost0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 09:33
Il est 8h20, le portail s'ouvre sur mon ancienne maîtresse. Elle me sourit, je me détends. Jusqu'ici, tout va bien.

Nous rentrons en silence dans la cour. Les décibels augmenteront au fur et à mesure de l'année.

Je garde mon cartable sur le dos. Il n'est pas encore très lourd, parce que vide...et surtout il est neuf... Enfin presque. Seuls mes deux frères l'ont utilisé avant moi. Mon ancien cartable avait pesé sur les épaules de 2 générations. Un jour, j'ai même retrouvé une bille coincée dans la couture. Mon père m'a expliqué que c'était un jeu auquel il jouait dans la cour avec ses camarades. Il a essayé de me faire comprendre les règles... mais ça avait l'air un peu « bébé » et surtout, pas très sensationnel. Loin des vertiges du jeu du foulard et des montées d'adrénaline des « passages à tabac collectifs ».

Sylvain me rejoint. Il me montre ses nouvelles chaussures. Je pose mon sac sur les miennes, j'ai honte de mes vieilles baskets... Horreur, je m'aperçois que j'ai mis mes sandales méduses transparentes. Sylvain n'a rien vu... Bientôt un attroupement se forme autour de Sylvain et du prix de ses chaussures. Je m'éclipse discrètement en reculant. La matinée promet d'être longue. Dur de cacher ses pieds pendant 3 heures à une centaine d'élèves.

Soudain je bute contre un obstacle. Je me retourne en sursautant. Horreur, c'est Mylène... Je ne pensais pas la revoir un jour. Elle m'avait pourtant dit qu'elle changeait d'école à la rentrée... J'étais loin d'imaginer que ce serait mon école. J'ai rencontré Mylène au centre aéré cet été. Je l'ai... elle m'a embrassé sur la bouche à la boum du vendredi. Les autres garçons se sont moqués de moi à cause de son gros nez et des ses lunettes qui ressemblent aux jumelles du pépé de Nour. Finalement on s'était dit qu'heureusement qu'elle avait un nez aussi gros...sinon ses lunettes, elles ne tiendraient pas.

Enfin, on se range dans la cour. Le nouveau maître apparaît. C'est la première fois que j'ai un maître en classe. Il est grand...plus grand que mon ancienne maîtresse. Il a l'air sévère. On n'est pas encore arrivé dans la classe qu'il a déjà froncé 3 fois les sourcils et haussé le ton sur Simon qui a éternué sans mettre sa main ( rapport au virus H1N1).

Je regarde le maître avec intérêt et insistance car il me semble le connaître... Shems me donne un coup de coude.

Shems : C'est lui.
Moi : Lui qui ?
Shems : Le maître c'est lui.
Moi : Ben...je sais.
Shems : Non...mais c'est le type d'hier.

Et là, la mémoire me revient. Ce visage, ce corps, ces sourcils, je les ai déjà vu me courir après. Pas plus tard qu'hier...juste après avoir assouvi un besoin naturel sur la portière d'une voiture.... et maintenant je le sais ... la voiture du maître.

 Soudain, il me fixe, s'approche de moi. Je sais qu'il m'a reconnu. Il pointe son doigt sur mes pieds et articule clairement à l'adresse de toute la classe.

Le maître (un sourire sadique se dessinant sur ses lèvres) : Il faudra que tu changes de chaussures. Cet après-midi, on fait sport.

 L'effet escompté par le maître ne tarde pas à se produire. Je sens la terrible déflagration d'un trentaine de rires contenus. Je me sens livide comme mes méduses. Je ferme les yeux et je prie pour les ouvrir dans mon lit quelques heures plus tôt, soulagé de n'avoir vécu qu'un mauvais rêve.

Partager cet article

Repost0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 16:13
Me voilà en charge d'accueillir la nouvelle photocopieuse. La mission paraît simple.

Moi : Bonjour, monsieur le livreur et installateur de photocopieuse.
Le livreur : Bonjour, monsieur le professeur. Je la mets où.
Moi : Ici, à la place de l'ancienne que vous devez reprendre.
Le livreur : Très bien. Voici le mode d'emploi ultra simple...une petite feuille format A5 à afficher au dessus de la photocopieuse. Des questions ?
Moi : Non, au revoir monsieur.
Le livreur : Au revoir monsieur.

Mais...comme dirait le jury de la nouvelle star, je cite "Nous ne sommes pas chez les bisounours"... et je rajouterais "Nous sommes plutôt dans Ken, le survivant". Et voici comment cela se passa.

Entre midi et deux, je reste à l'école pour faire croire aux parents que je bosse un peu pour leurs mouflets. En réalité je vais zoner un coup sur internet, je mange (avec Aurélie), je fais une sieste (sans Aurélie), je me passe la tête sous l'eau, je me brosse les dents et je vais dans la cour pour accueillir les mômes.

Ce jour-là, le programme est chamboulé. A 11h30, le livreur de la photocopieuse se pointe.

Le livreur : Salut, je suis Ben comme Benoît. Je suis le petit messager du bonheur et je viens vous livrer la photocopieuse. C'est toi qui doit m'aider.
Moi : Salut... moi c'est Walter... et je doute que je puisse t'aider. Je dois juste te poser les questions relatives au fonctionnement de la machine pour les retransmettre à mes collègues.
Ben : Oui, mais avant ça, tu dois m'aider à l'amener ici. Mon collègue est absent et je ne peux pas la porter tout seul.
Moi : .... euh c'est lourd ?

Me voilà, en train de traverser la cour dans une position pas très valorisante. Le dos et les jambes pliés sous le poids de l'engin. Les mains, les aisselles et le front qui suent. La machine qui glisse. Avançant par petits pas rapides et saccadés et criant tous les 5 mètres : "ON POSE...ON POSE...!" Tout cela, devant les enfants de la cantine qui se sont réunis comme pour le spectacle de fin d'année.

Je vois Monsieur Janti passer la tête à la fenêtre de sa classe. Je l'entends déjà dire "Fais gaffe Walter... t'es pas assuré pour ça... tu devrais pas l'aider !" Pourtant son discours est différent : "Fais gaffe Walter, nous bousille pas la nouvelle photocopieuse avant de l'avoir branchée."

Le calvaire physique terminé, place à la torture mentale. La machine est branchée. Ben est souriant. Je sens un peu la transpiration. La photocopieuse ronronne et s'éclaire.

Moi : Alors... tu dois m'expliquer assez simplement la base...
Ben : La base !  Tu m'insultes ! Je te livre une machine capable de scanner, copier, dupliquer, relier, déformer, réduire, augmenter, couper...et j'en passe... et tu ne veux que la base. C'est décevant...j'aurais préféré aller plus loin avec toi...
Moi (sur mes gardes ): Plus loin... euh...comment ?
Ben : Ne pas se contenter du b.a-ba... Pousser plus profondément l'initiation...
Moi (de plus en plus mal  à l'aise) : Euh... tu sais dans une école...on n'a pas une utilisation très poussée de la photocopieuse... C'est basique. Recto...ou recto-verso... ça suffit...
Ben : Hummm ! Recto verso, c'est ma position préférée...
Moi : ....
Ben : Quand tu vois la feuille rentrer, sortir, re-rentrer et re-sortir de la machine... j'adore...
Moi : Oui...c'est quel bouton ? C'est tout ce que je veux savoir...
Ben : En fait j'aurais quelque chose à te dire...
Moi : Sur la photocopieuse bien-sûr ?
Ben : Oui en quelque sorte... Voilà, on se connait pas depuis longtemps !
Moi : C'est peu dire...environ 25 minutes.
Ben : Mais, je sais que je peux avoir confiance en toi... Alors je vais te le dire...
Moi : T'es pas obligé; tu sais...
Ben : Si, je le suis. Cest trop dure à garder pour soi... Je dois te le dire... Je suis...
Moi : OUI OUI ! J'ai vu, c'est pas grave ! Ca me concerne pas vraiment !
Ben : Tu l'as vu ?
Moi : Ben oui... je m'en suis douté...enfin tu vois quoi !
Ben : Merde, je pensais être discret... Depuis le début de la journée t'es le premier à le remarquer... Pas évident de se faire passer pour un livreur quand on n'y connaît rien...
Moi : ....
Ben : ...
Moi : T'y connais rien en quoi ?
Ben : Ben en photocopieuse. Je remplace juste un pote en galère pour deux trois livraisons. Il m'a juste parlé de porter la machine, la brancher et basta...
Moi : Aaaaaah booooon ! C'est donc ça... Aaaaah c'est pas grave... je peux me débrouiller tout seul...Aaaaah c'est que ça ....
Ben : Euh...tu croyais quoi en fait ?
Moi : Rien...euh...  c'est pas grave. Merci en tous cas et à bientôt...
Ben : Ouais, salut... content de t"'avoir rencontrer et bonne chance avec le monstre...

Il s'en va ! Je plonge sur le monstre. Pas de temps à perdre... il faut pondre un mode d'emploi simplifié pour les collègue. Soudain, dans mon dos :

Ben : Euh...excuse-moi encore...
Moi : Oui ?
Ben : Euh, c'est délicat ...euh ça te dit d'aller boire un coup avec moi ce soir au Gay-Tapant ?



Partager cet article

Repost0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 17:10
Durant la matinée, une rumeur a fait sa place dans toutes les conversations. Un sujet qui gonglait et prenait l'importance d'une mini-révolution dans nos habitudes laborales.

Deux mots pour la résumer : "Elle arrive".
Suivis de différentes réactions :

Moi : Elle arrive.
Madame Caspienne : Ah quand même ! C'est pas trop tôt.

Madame Caspienne : Elle arrive.
Madame Lafeuille : Dieu soit loué.

Madame Lafeuille : Elle arrive.
Madame la Directtrice : Oui, ben tant que je ne l'ai pas vue...je ne me réjouis pas.

Madame la Directrice :Elle arrive.
Monsieur Janti : ... et elle amène de nouveaux problèmes

Monsieur Janti : Elle arrive.
Aurélie : Youpiii ! C'a s'arrose. On va la baptiser avec une bouteille de Champ'.

Aurélie : Elle arrive.
Moi : M'en parle pas, c'est moi qui doit l'accueillir.

Le suspens est à son comble. Mais de qui parle-t-il ?
  • De sa chère inspectrice. Non ! Elle est tellement présente dans notre école que la rumeur s'installe quand elle n'est pas prévue dans la journée: "Elle n'arrive pas".
  • D'une nouvelle élève people (genre la demi-nièce par alliance d'un mec qui a présenté la météo sur FR3 Franche-Comté en 1986). Non plus !
  • De la responsable informatique qui vient enfin nous installer le dernier MarioKart sur le PC de la salle des profs. Non ! Dans ce cas là je serais plus qu'heureux de l'accueillir, son physique ne correspondant pas du tout à sa fonction d'informaticienne mais plus à celle d'une nana du public qui gigote derrière Arthur dans "Les enfants de la télé".
  • D'une nouvelle photocopieuse... Oui ! Oui ! Oui ! Oui ! Oui ! Oui ! Oui !... Veuillez ajouter du papier.
Plus que sur l'arrivée d'une nouvelle photocopieuse, nos conversations étaient tournées sur le départ de l'ancienne. Comme un ami qui nous quitte. Quelqu'un qui a partagé (provoqué) nos galères matinales mais qui malgré tout provoquera un grand vide dans nos coeurs. Un peu comme mes collègues (tant critiqués) qui me manqueront lorsque je quitterai l'école.

Dans les séries américaines des années 90, il y avait toujours un épisode "souvenirs" où à l'occasion d'une grève des scénaristes, les comédiens se remémoraient le "best of" de la série. Aujourd'hui, c'était pareil.

  • Madame la Directrice : Tu te souviens de quand elle est arrivé la première fois.
Ecran flouté. Là, on voit Madame la Directrice dans une tenue des année 80 avec une mèche un peu fofolle qui déballe un carton géant.
Madame la Directrice : C'est pas possible. Ils se sont trompés. Ils en ont mis quatre.
Et non, la photocopieuse tant espèrée fait trois fois le gabari d'un être normal (mais seulement 2 fois celui de Véronique, notre dame d'entretien).
Dernier plan sur la surprise de Madame la Directrice qui déballe un autre carton plus petit qui semble contenir une dizaine de ramettes de papier mais qui ne contient qu'un mode d'emploi.

  • Aurélie : Tu te souviens du coup de toner !!
Ecran flouté. Zoom sur l'écran de la photocopieuse qui clignotte. EP13  EP13  EP13...

Aurélie : C'est quoi EP13 au fait ?
Moi : Y'a plus de toner. Faut en remettre...mais je crois que c'est galère.

On nous voit retirer facilement le boitier de l'ancien toner, puis déballer le carton du récent. L'opération semble facile. Trop facile...il faut compliquer la tâche. Alors un coup de folie pour les gens qui manipulent aisément ce genre d'appareil... On nous voit tenter d'ouvrir le nouveau boitier afin de vider son contenu dans l'ancien... Alors qu'il suffit de replacer le nouveau boitier à la place de l'ancien dans la machine.
Impossible de l'ouvrir. Tout y passe. Les ciseaux de Marion. Le stylo 12 couleurs d'Elodie. Le compas de Ludo. Le triple décimètre de Shems. C'est finalement avec le pied de biche de Madame Lafeuille que nous parvenons à ouvrir...ou plutôt à faire exploser le boitier.
Pour les non initiés...le toner c'est de l'encre en poudre.... Un nuage d'encre empli la pièce. On se croirait à Pompéi... Aurélie prend des photos parce qu'elle bosse sur les volcans. La poussière retombe sur nos habits, nos cheveux et sur tous les documents présents dans la salle des profs. Il faudra 6 mois pour ne plus revoir la moindre trace de cet incident.... Oui, en fait, je ne me lave les cheveux que tous les 6 mois (rapport aux économies d'énergie).
  • Monsieur Janti : En tous cas, toutes ces machines, ça vaut pas un bon polycopieur. Tu te souviens.
   Moi : Euh...non !

  • Madame Lafeuille : Tu te souviens ce qu'elle pouvait manger comme papier !
Ecran flouté. Puis succession de séquences courtes qui alterne les images où l'on voit l'écran de la photocopieuse qui affiche "MF102" et les images où l'on voit l'un de nous s'arracher les cheveux puis les feuilles coincées dans la machine.
Je pense que notre vieille machine doit être pour beaucoup dans la déforestation de l'amazonie.

  • Moi : Vous vous souvenez que la récré ne dure que 15 minutes.
     Monsieur Janti (qui regarde sa montre) : Merde.
Coup de sifflet strident...et demain, la suite de cet épisode où l'on voit notre héros qui accueille la fameuse nouvelle photocopieuse.
            

Partager cet article

Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 15:58
Les formations continues à l'IUFM ??? C'est quoi ??

Pour la plupart des lecteurs de ce blog, les explications seraient superflues, étant donné qu'ils baignent corps et âmes dans l'Education Nationale.

Pour les autres...tant pis... Z'aviez qu'à être prof... En plus, vous auriez pu  balancer toutes les huit semaines un nonchalant  "Dans 6 semaines, je suis encore en vacances".

Bon...mon bon coeur me perdra... pour les autres (on se croirait dans Lost)...voici :
L'IUFM, c'est  l'école où les profs apprennent à être prof. A la fin de la formation, ce n'est pas fini. Pendant sa carrière, le prof doit se remettre à la page et participe à des formations continues de 3 semaines tous les 3 ou 4 ans...c'est selon.
Les thèmes proposés pour ces formations sont variables...genre :
  • Les nouveaux programmes 2002.
  • Les nouveaux programmes 2005.
  • Les nouveaux programmes 2008.
Ou beaucoup plus précis...genre :
  • Comment enseigner l'anglais de la main gauche en milieu cognitivo-désertique ?
  • Comment réagir devant un enfant qui ne vous a pas encore insulté ?
  • Le paintball. Quels objectifs en petite section de maternelles ?

Bref, comme le dis si bien Alix Girod de l'Ain du magasine Elle.... J'ai testé pour vous les formations continues à l'IUFM.

  • C'est bien parce que quand on rentre le soir, on n'a pas de boulot..... OUI ! MAIS...on se tape 3 heures de trajet aller/retour parce qu'on a eu l'idée de se faire muter à l'autre bout de ce p****** de département rural tout en longueur et qu'on ne capte rien d'autre que France Culture et  Frrance Musique.
  • C'est bien parce qu'on a enfin des relations adultes pendant nos longues journées. Ca change.... OUI ! MAIS... pas tant que ça en fait... Au bout de 3 semaines on s'apperçoit que dans le groupe il y a le fayot, l'intello, le rigolo, le glandeur, le chialeur... et le prof....rien de moins que dans une classe de mômes.
  • C'est bien parce qu'on est assis tout le temps. C'est reposant.... OUI ! MAIS ... ça coûte un dizaine de séance de kiné pour la rééducation motrice. Après 6 heures de classe, 2 heures de cantine et 3 heures de trajet en bagnole quotidiennes....on a les muscles attrofiés au bout de 3 semaines.
  • C'est bien parce qu'on mange ensemble, ça lie le groupe...OUI ! MAIS.... on mange à la cantine de l'IUFM. Il faudra aussi penser aux séances de nutritioniste.
  • C'est bien parce qu'on apprends que si le môme , il comprend pas le système décimal c'est parce que il n'a pas intégré le computionnalisme algorythmique de la base algébrique à cause  que son système cognitivo-numéral il est pas.... très bien..... OUI ! MAIS.... ça nous fait une belle jambe quand on se retrouve devant le môme en question avec notre paquet de 10 bûchettes qu'on voudrait lui enfoncer par les oreilles pour que ça lui rentre dans le crâne...au môme.
  • C'est bien parce que dans les groupes de formation, il y a une majorité de nanas (rapport à notre profession très féminisée).... OUI ! MAIS... le problème, c'est qu'elles sont toutes instits !!!

Partager cet article

Repost0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 13:56
Parfois (souvent) en tant qu'enseignant, nous avons le devoir d'ouvrir les yeux de certains parents face aux difficultés de leur progéniture.Volontaire ou non, consciente ou pas, leur cécité retarde l'orientation de leur enfant dans une filière mieux adaptée à leurs difficultés (même si cela reste à discuter...).

Bien-sûr, pour beaucoup de parents, il est difficile d'accepter une telle réalité.

On a donc droit à différentes réactions, toutes aussi légitimes les unes que les autres :


  • De la rancoeur, il faut trouver un coupable :
Le parent :  C'est Madame Claron, cette sale bonne femme faisait très mal son boulot, c'est pour ça qu'il est en "retard".
Moi : Euh... Madame Claron...de la maternelle ?
Le parent : Oui, cette vieille peau. Elle ne pouvait pas le sentir.
Moi : Oui, enfin bon... même si elle l'avait  mis "en retard", ce dont je doute, votre fils aurait eu tout le loisir de se ratrapper depuis la petite section...ça fait 8 ans...quand même.
Le parent  (s'adressant à son fils) : C'est ta mère alors. Elle t'a trop couvé. Je lui avais dit.



  • De l'incrédulité, il faut trouver des excuses:
Le parent :Non... c'est juste qu'il n'a pas eu le déclic. Il est immature.
Moi : On a quand même essayé tous les stimuli possibles pour le déclencher son déclic...
Le parent : Noon, mais il va grandir quand il sera au collège... il aura le déclic.
Moi : Vous avez raison, il a jusqu'au bac pour réagir...

  • De la colère, il faut se sentir victime :
Le parent : Dites tout de suite qu'il est débile.
Moi : J'ai pas dit "débile"... j'ai dit "difficultés". Et en plus, "débile" est un terme désuet. Depuis 1957, le mot "handicap" est plus à propos. Dans les années 80, on a commencé à parler de "déficience".  Cela dit, ce n'est pas à moi de juger de la déficience ou non de votre fille. Elle doit être testée par un psychologue...
Le parent : Un psychologue...un psychologue...et pourquoi pas un ... vétérinaire ou un auriculaire, pendant qu'on y est.

  • Du soulagement, il faut bien une raison.
Le parent : C'est bien ce qu'il me semblait. Depuis tout petit, je me dis que si il travaille mal à l'école...c'est qu'il doit y avoir quelque chose.
Moi : Ben... on essaye de vous le dire depuis la maternelle.
Le parent : Fallait insister. Je comprends maintenant pourquoi il est comme ça.
Moi : Il est ...comment ?
Le parent : Ben... comme ça, quoi !

  • Et plus récemment, de l'humour...il faut bien éluder le problème.
Le père : C'est bien la fille à son père. Elle fait rien comme les autres.
Moi : ...
Le père : Sinon, les résultats, ça va ?
Moi : ... les résultats...euh...les siens ?
Le père : Ben oui, pas les vôtres.
Moi : Ben, je viens de vous le dire... ils sont en dégringolade... c'est pour ça que je vous ai fait venir...
Le père : Au moins, quand il seront à zéro...ils iront pas plus bas. Pas vrai ?
Moi : Ce serait bien qu'ils cessent de baisser.
Le père : C'est la crise partout...c'est normal qu'ils baissent. Elle suit la démographie économachin.
Moi : Je vous propose de prendre un rendez-vous avec la psychologue scolaire pour...
Le père : C'est gratuit ?
Moi : Oui...ça se passera à l'école...
Le père : Ben si c'est gratuit...vous convoquerez aussi le coiffeur scolaire pour ma femme et le kiné scolaire pour mon dos.
Moi :....
Le père : Heureusement, qu'il y a l'humour pour nous sortir de tout ça, hein ?

En guise de conclusion, je souhaite bonne chance à tous ses enfants...

Partager cet article

Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 09:49
Aujourd'hui, je vais donner de l'eau aux moulins des parents médisants qui prétendent (souvent à juste titre) que les profs n'en fouttent pas une...

Mais merde, entre mon blog, le sport, les sorties entre potes, mon blog, les week-ends à la montagne, la lecture passionnante de Millénium ou du Comte de Monté-Cristo et mon blog... je n'ai pas le loisir de m'investir corps et âme dans tous les nouveaux caprices de notre cher ministre.

Pour faire vite. Nouveau caprice = Histoire des arts à l'école primaire.
Bien-sûr c'est important, et on ne l'a pas attendu pour initier nos chères têtes blondes à la culture artistique élémentaire.

Alors si fin juin, début juillet, il arrive que j'ai fini le programme de maths, de français, d'histoire/géo, de sciences... S'il pleut et que la salle d'activité n'est pas disponible, m'empéchant ainsi de faire EPS. Si une extintion de la voix et une panne d'électricité m'interdisent de faire musique... Alors je consentirai peut-être à m'attaquer (le mot est bien choisi) au sujet hautement culturelle qu'est la peinture...

Voici à quoi cela ressemblerait....
Moi : Euh... ça c'est "Le cri"... de Edvard Munch. Je crois qu'il l'a fait aux feutres ou à la craie grasse. D'ailleurs ce n'est pas très bien colorié. Il a voulu exprimé sa fureur et nous montrer (par un autoportrait) sa tragique réaction quand son fils lui a ramené le bulletin du 2ème trimestre de sa 2ème sixième... vous suivez ?  J'imagine que pour certains d'entre vous, cette image n'était pas inconnue. Je ne parle pas des plus cultivés. Mais des enfants qui, par leurs résultats, ont mis leurs parents dans cet état. Pour conclure avec Munch... sachez aussi qu'il est l'auteur d'une oeuvre que vous cotoyez très souvent au moment de l'apéro... : Les Monster Munch.


Moi : Voyons...ça c'est "La liberté" de ...Coldplay... Ils ont voulu faire savoir au public que chacun était libre de marcher sur des cadavres en montrant ses seins et en arbohrant un chapeau ridicule... à la seule condition de porter le drapeau français.

Cela dit...après des recherches poussées, on peut prouver que les seins à l'air...ça marche aussi avec le drapeau brésilien dans les stades de foot.



Moi : Euh...ça c'est ...euh.... conceptuel.
Alex : Non, c'est pas Conceptuel. C'est moi. Je vous avais dessiné au début de l'année quand je vous aimais bien, avant de vraiment vous connaître.
Moi : Ah ! Rapelle-moi de t'interdire de me dessiner maintenant que tu ne m'aimes plus.


Et même quand on maîtrise un peu le sujet...c'est les mômes qui s'y mettent.


Moi : Voilà une oeuvre célèbre d'un artiste non moins célèbre que vous connaissez tous... C'est ...
Ludo : Monsieur Janti !
Moi : Non, un espagnol... Pablo...Pablo Pi.... Pica...Pica...
Alycia (de tous son coeur) : PIKACHUUUUU
Moi : Non, Pablo Picasso... et l'oeuvre s'appelle Guernica...
Ludivine : C'est un gros mot ça ??
Moi : Non, c'est le nom d'un village bombardé par l'aviation nazie... pendant la dictature de Franco...
Shems : Franco comment ?
Moi : Franco...c'est tout... c'était un dictateur...
Ludo : Un dictateur d'orthographe qui dictait des dictées ????
Moi : Non... revenons plutôt à l'oeuvre. Vous savez quelle taille elle a en vrai ?
Les mômes : ....
Moi : Vous voyez le mur de la classe là ?
Manon : Ben non, y'a le tableau.
Moi (perdant patiente progressivement et changeant de ton) : ... Imagine... Il est aussi grand que le mur là...
Benjamin : Heiiiin ! C'est même pas possible.... Ca existe même pas une feuille de dessin aussi grande....
Moi (craquant) : Si vous continuez à m'emmerder je vous punis et  Guernica ce sera une feuille de papier cul à côté de  la feuille sur laquelle vous allez faire cette punition.

 







Partager cet article

Repost0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 14:42
Romain pleure.

Cette annonce vous laisse de marbre. Vous vous dîtes que voir un enfant pleurer dans une cour de récration, c'est comme voir Ségolène Royal faire des excuses au nom de la France (c'est plutôt banal et sans grand intérêt). Vous vous dîtes peut-être que Romain est ce genre d'élève à la sensilbilité lacrymale aigue qui pleure au moindre haussement de ton, à la moindre bousculade.

Au contraire, Romain est un déshydraté oculaire, un désert aride de la pupille. J'ai cru voir un mirage ce matin-là, qui coulait sur ces joues.

Romain est  un garçon jovial (pour ne pas dire joufflu), costaud (pour ne pas dire gros), respecté (pour ne pas dire costaud)... Ce jour-là, il a craqué.

La raison, je la lui demande :
Romain : J'ai perdu aux pogs.
Moi : ... Beaucoup ?
Romain : Tout ce que j'avais.
Moi : Mince alors.
Romain (fondant à nouveau en larmes) : Je vais me faire disputer par mes parents. J'avais pas le droit de jouer.
Moi : ... T'as qu'à pas leur dire.
Romain (entre deux reniflements obéliesques) : Ils vérifient tous les soirs...
Moi : Mince alors.

Ce deuxième "mince alors" signifie en fait, "Merde, ils sont timbrés tes parents"... mais je préfere qu'il s'en rende compte par lui même.

Je comprends aussi qu'il pleure. J'ai déjà vu le père de Romain. Disons que si vous êtes au courant des nouvelles tarifications de Ryanair par rapport à l'IMC (indice de masse corporelle)... je peux vous décrire le papa de Romain comme quelqu'un qui va se ruiner s'il prend un billet dans cette compagnie. Une de ses baffes laisse des empreintes digitales détaillées sur la joue. Pas besoin des Experts.

Ce que je ne comprends pas, c'est ce genre de parents.
"Tiens bonhomme... voilà des pogs pour ton annversaire. Attention, hein, tu connais la règle ! Interdit d'y jouer."

Ou encore :
"Ok tu peux emmener ton ballon à l'école, mais tu ne le prêtes pas. Les autres vont l'abimer."
C'est le genre de parents qui te bousille la longue Histoire des règles du football avec un "S'ils avaient un ballon chacun, ça leur éviterait de courir  [rire gras]".

Comme Romain est un peu la mascotte de la classe (genre nounours), la séance de consolage ne tarde pas à s'organiser.

Ludo : C'est pas grave. T'as qu'à manger des Cheetos... y'a des pogs dedans. T'aimes bien les Cheetos toi !
Alex : Ca fais longtemps que y'a plus de pogs dans les Cheetos. Les pogs , c'est démodé. C'est pas grave Romain, c'est démodé.
Laurine : Peut-être que t'en trouveras un par terre et que tu en gagneras plein d'autres.
Ludo : Oui, mais t'aimes bien les Cheetos, toi !
Joris : Tu peux en fabriquer, c'est facile avec un compas pis du carton...
Etienne : Ouais mais ce sera un faux.
Shems : Ben maintenant t'as qu'à jouer à la fausse.
Alice : Il n'en a plus, il peut pas jouer.

Je suis surpris et assez fier de cette élan de solidarité dans ma classe. Je déchante vite quand je remarque que pas un ne  lui offre de pog pour qu'il se renfloue.

Sana : Ou alors, peut-être qu'il t'en reste au fond de ton sac. T'as vérifié ?

Sana connaît très bien Romain, en effet. Son sac regorge de trésors. Un gouter qui date du CP, un tampon de sa grande soeur qu'il exhibait l'autre jour en disant que c'était un missile du sous-marin Play-mobil, un mini dictionnaire Français / Serbocroate, des trombones, des punaises (en fer et en ...insectes), des coquillages et.... deux pogs.

Je crois qu'il s'est refait à la récré de l'après-midi. Happy end.

 




Partager cet article

Repost0

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories